< Retour aux articles

Le Grand Prix de Formule 1 Figure de proue des événements

Grand Prix de Formule 1 Ă  Monaco

A l’heure de l’édition 2018, le Grand Prix F1 de Monaco 2017 laisse apparaître des retombées économiques qui en font LE GRAND EVENEMENT de la Principauté. Connu depuis 1929 en tant que Grand Prix de Monaco, il fut aussi l'un des premiers à entrer dans la cour du championnat du monde de Formule 1 lancé en 1950.

Une fréquentation nouvelle

Sur les 4 jours de compétition, depuis les essais jusqu’à la course, du jeudi 25 mai au dimanche 28 mai 2017, si la fréquentation sur Monaco n’a pas forcément été supérieure à un jour que l’on pourrait qualifier de “normal” durant les deux premières journées - d’autant que le 25 mai était férié et donc sans les traditionnels salariés - ce sont surtout sur les journées du samedi et dimanche qui ont vu la fréquentation dépasser les normes habituelles avec, respectivement, des chiffres de fréquentation de près de 78.000 personnes et plus de 84.000 personnes. Mais c’est aussi une nouvelle clientèle qui est, dès lors, présente, les locaux ayant, pour 20% d’entre eux, délaissé leur ville durant ces jours. Pour 60% d’entre eux, la visite dure la journée, les 40% restant se partagent entre les Monégasques restés sur place et ceux qui viennent passer plusieurs jours sur le Rocher.

Plus de 90 millions d’euros de retombées

C’est donc, en dehors de la simple billetterie, toute une économie hôtelière qui fonctionne à plein durant cette période mais aussi tout ce qui tourne autour du tourisme : restauration, bateaux, location d’appartements totalement repensés avec des Packs "Grand Prix", location de toits-terrasses, transports, loisirs, etc. Si les retombées directes se sont chiffrées à 21,7 millions d’euros en 2017, avec les retombées indirectes, elles dépassent les 90 millions d’euros.

Des retombées régionales

Et encore, ne sont pas prises en compte toutes les retombĂ©es autres, qu’elles soient mĂ©diatiques, caritatives ou en liaison avec l’emploi pour porter très haut les couleurs de la PrincipautĂ© et emmener sa renommĂ©e dans des contrĂ©es qui n’en auraient rien connu, bien au-delĂ  des frontières nationales, grâce Ă  l’influence des journaux, des magazines et des reportages tĂ©lĂ©visĂ©s. Tout comme il faut tenir compte de l’apport de ce Grand Prix sur toute une rĂ©gion qui bĂ©nĂ©ficie Ă©galement de ces retombĂ©es dans le cadre de l’hĂ©bergement et du tourisme avec des taux d’occupation de l’hĂ´tellerie et de la location qui dĂ©passent les 80% dans les Alpes Maritimes, sur de telles pĂ©riodes, au lieu des 71,5% traditionnels des autres week-ends de printemps. 

 

Avec de tels résultats concentrés sur seulement un peu plus de 2 km², le Grand Prix de Monaco s’est donc, une nouvelle fois, installé dans le fauteuil de la date majeure pour la Principauté. Et avec ses déclinaisons que sont le Grand Prix Historique ou le Grand Prix Electrique, ainsi que tous les événements qui viennent s’inscrire dans son sillage, tels que soirées caritatives ou autres, Monaco conserve un œil vigilant sur tous les virages que pourraient prendre la Formule 1 à l’avenir pour pérenniser ces dates.

 

Crédit Photo:
Direction de la Communication de Monaco

Formule 1

S'abonner Ă  notre newsletter?

Vous abonner, c'est rester au courant de nos dernières actualités !